Les piles de l'Aqueduc romain retrouvent de l'éclat

Publié le par Craponne à Venir

Délaissées, abandonnées aux ravages de l’érosion et des pilleurs de pierres, envahies par la végétation, les deux piles de l’Aqueduc de l’Yzeron étaient en grand danger et nous pensions bien, jusqu’en 2015, que leurs jours étaient comptés.

Sans les interventions d’Henri Robert* en conseil municipal, ses nombreuses rencontres avec le propriétaire du terrain sur lequel elles sont implantées, ses rencontres avec le Maire pour tenter de le convaincre de sauvegarder ce patrimoine, avec la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), avec l’Araire**, il aurait été impensable d’admirer, sous le soleil de ce 21 septembre, ces deux monuments majestueux, derniers vestiges du réservoir intermédiaire du double siphon de l'Aqueduc de l'Yzeron, alimentant Lugdunum.

 

Lors de son intervention, Monsieur le Maire s’est félicité de la réussite de la restauration de ces deux piles romaines qui, sans aucun doute, ne laisseront pas les Craponnois indifférents. Il a également annoncé le cout total de cette rénovation soit 235 000 €, subventionné à hauteur de 40 % par la DRAC.

 

Mais, il manquait quelques phrases dans son discours. En effet,  aucun mot n’a été prononcé concernant les actions conduites, pendant plusieurs décennies, par le GREHC et son dynamique Président Henri Robert. Si, Craponne à Venir a toujours soutenu ces nombreuses actions, j’ai eu la chance, pour ma part, d’accompagner Henri Robert dans plusieurs de ces diverses rencontres et j’ai pu apprécier directement sa détermination et sa ténacité pour sauver ce patrimoine. Sans cette volonté forte, les piles de l’Aqueduc  seraient probablement encore enfouies sous le lierre et la glycine.

 

A mon sens, Monsieur le Maire, il aurait été pertinent d’évoquer le GREHC et son pugnace Président qui se sont énormément impliqués pour décider les élu-e-s de Craponne à « se lancer » dans la restauration de ces précieux vestiges de l’époque romaine. Et ces quelques mots vous auraient honoré.

 

Aujourd’hui, si ces deux piles ont fière allure, c’est aussi grâce à l’association du GREHC et à son Président Henri Robert.

 

Françoise PELORCE

 

*  Henri Robert a été Conseiller Municipal de Craponne de 1995 à 2014 / Président du Musée de la Blanchisserie et du GREHC / actuellement Président du GREHC (groupe de recherche et d’histoire de Craponne)

**L’association l’Araire conduit des recherches sur l’Histoire, l’Archéologie et le Patrimoine du Pays Lyonnais.

Les piles de l'Aqueduc romain retrouvent de l'éclat
Les piles de l'Aqueduc romain retrouvent de l'éclat
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article